Autrefois appelé « charpentier de tonneau », le tonnelier fabrique ou répare les fûts en bois qui servent à l'élevage des vins et des alcools. Partenaire du vigneron, son travail joue un rôle important dans l'élaboration et le vieillissement du vin. Un métier artisanal qui allie tradition et perfectionnisme.

  • Salaire débutant
    1521€ brut

Témoignage

Lire la transcription
Publicité

En quoi consiste ce métier ?

Sans lui, les vins ou les alcools ne pourraient pas vieillir comme il se doit. Le tonnelier fabrique ou répare des fûts en bois qui servent à l'élevage des vins et des alcools : cuves, barriques, tonneaux, foudres, vinaigriers... Tout commence par le choix des merrains, des pièces de chêne fendues qu'il faut laisser sécher à l'air libre et soumettre aux intempéries pendant au moins 2 ans. Ces merrains sont ensuite façonnés à la main pour obtenir des douelles qui formeront le corps du tonneau. Celles-ci sont montées puis cintrées autour d'un feu : c'est la chauffe qui leur permet de s'incurver progressivement et de se joindre par serrage pendant qu'on les mouille à l'extérieur.

Un peu menuisier, le tonnelier est également partenaire du vigneron ou du négociant. Son travail détermine pour partie les nuances aromatiques du vin, un « coup de patte » dont les secrets sont jalousement gardés et transmis de génération en génération depuis 2 000 ans. Le tonnelier pratique une activité artisanale, même si certaines tâches sont aujourd'hui mécanisées. C'est un travail complexe et physique. Il s'exerce dans la chaleur et la poussière, et requiert des connaissances techniques et une grande dextérité. Mais c'est aussi un travail tout en nuances et en subtilité : savoir repérer les « bons » craquements du bois, évaluer la « bonne » température, etc.

Les formations et les diplômes

Après la 3e

2 ans d'études pour préparer le CAP tonnellerie.

Formation(s) correspondante(s)