Sapeur-pompier

Incendie, accidents de la route, inondations... le sapeur-pompier ou la sapeuse-pompière est sur tous les fronts. Volontaire, de profession ou militaire, il ou elle exerce un métier à risques, qui demande une solide vocation.
Niveau minimum d'accès :  Diplôme national du brevet
Salaire débutant :  1770 €
Statuts :  Militaire, Statut salarié

Synonymes : Pompier

Secteurs professionnels : Fonction publique, Sécurité

Centres d'intérêt : J'aime bouger, J'aime les sensations fortes, Je veux être utile aux autres, Je veux faire respecter la loi

Le métier

Porter les secours d'urgence

Toujours là pour porter secours, le sapeur-pompier ou la sapeuse-pompière administre les premiers soins aux accidentés de la route, aux victimes de noyade, de brûlures... Il ou elle éteint les incendies de forêt ou d'immeuble, évacue les personnes en cas d'inondation, d'explosion, de tremblement de terre... Il ou elle résout certains problèmes domestiques : animal coincé sur un toit, fuite de gaz...

Se spécialiser

Le sapeur-pompier ou la sapeuse-pompière peut se spécialiser. En alpinisme ou en spéléologie pour atteindre des endroits difficiles d'accès (puits, grotte, ravin...). En plongée pour des recherches sous-marines. Pour retrouver des personnes, des substances dangereuses ou interdites..., il ou elle devient agent ou agente cynophile (avec un chien). Il peut encore intervenir lors d'un accident industriel (pollution chimique ou radioactive...) ou lors de sauvetage et de déblaiement (catastrophe naturelle).

Actions de prévention

Ce professionnel ou cette professionnelle joue aussi un rôle préventif au sein d'une commission de sécurité, en particulier lors de la construction d'établissements recevant du public (école, hôpital, centre administratif...). Sur place, il ou elle visite les lieux et contrôle les systèmes de sécurité avant l'ouverture du bâtiment.

En vidéo

Compétences requises

Courage, altruisme et prudence

Au quotidien, un sapeur-pompier ou une sapeuse-pompière est souvent confronté à des situations humainement difficiles ou dangereuses. Le courage et l'altruisme sont donc des qualités inhérentes au métier. Quant au risque, même calculé, il fait partie intégrante des conditions de travail.

Efficacité et résistance

Confronté à des urgences très diverses, le sapeur-pompier ou la sapeuse-pompière sait observer et évaluer rapidement une situation. Il ou elle possède des réflexes sûrs, une excellente condition physique (l'entraînement sportif est important) et une bonne résistance psychologique.

Sens de l'engagement

Être sapeur-pompier ou sapeuse-pompière, c'est aussi un engagement (volontaire ou militaire). Cela implique d'avoir l'esprit de corps, le sens du devoir et des responsabilités, du don de soi et de l'exemplarité.

Où l'exercer ?

Statut civil ou militaire

Les sapeurs-pompiers de Paris et les marins-pompiers de Marseille sont des militaires rattachés au ministère en charge de la Défense. Dans les autres agglomérations, les pompiers sont des civils. Il s'agit soit de professionnels placés sous la responsabilité des collectivités territoriales, soit de volontaires effectuant des interventions, en plus d'une autre activité ou pendant leurs études.

Organisation militaire

Au même titre que les marins-pompiers de Marseille et les sapeurs-pompiers de Paris, les sapeurs-pompiers professionnels vivent en caserne. Sur le modèle militaire, leur corps est structuré en grades : les hommes du rang (2e et 1re classe...) apportent les premiers secours, éteignent les incendies ; les officiers ont des missions d'encadrement. Leurs grades vont du lieutenant au colonel.

Horaires chargés

Très sollicité, le sapeur-pompier ou la sapeuse-pompière intervient en moyenne toutes les 6 secondes en France. Assurer une garde signifie être de service 24 heures d'affilée, puis s'arrêter pour un repos de la même durée. Les jours comme les nuits peuvent être chargés, surtout dans les grandes villes.

Les études

Après la 3e

Les sapeurs-pompiers professionnels sont recrutés sur concours externe (de caporal) à partir de l'âge de 18 ans, pour les titulaires d'un diplôme de niveau DNB ou CAP. Le grade de sapeur est accessible sans concours mais réservé aux seuls sapeurs-pompiers volontaires ou jeunes sapeurs-pompiers justifiant de 3 ans d'activité au moins et à condition d'avoir validé une formation initiale (nombre de postes limités). Les sapeurs-pompiers professionnels officiers doivent être titulaires d'un bac + 2 pour le concours externe du grade de lieutenant. À l'issue du concours, le candidat ou la candidate suit une formation pendant 18 mois à l'Ensosp (École nationale supérieure des officiers de sapeurs-pompiers). Le concours externe de capitaine est ouvert lui pour les titulaires d'un bac + 3. Renseignements sur les concours auprès du SDIS de votre département, le service départemental d'incendie et de secours.

Les sapeurs-pompiers militaires comme les marins-pompiers de Marseille, les sapeurs-pompiers de Paris et les sapeurs-sauveteurs d'une UIISC (unité d'instruction et d'intervention de la sécurité civile) sont des militaires de la marine ou de l'armée de terre. Sans diplôme ou jusqu'à bac + 5, se renseigner auprès d'un Cirfa (centre d'information et de recrutement des forces armées).

Emploi et secteur

Le volontariat en tête

Près de 252 000 sapeurs-pompiers se tiennent prêts, 24 heures sur 24, pour répondre aux urgences. Parmi ces spécialistes du risque, 78 % sont des volontaires, 17 % des professionnels et 5 % des militaires affectés à la brigade des sapeurs-pompiers de Paris et au bataillon des marins-pompiers de Marseille.

Concours selon les besoins

Si la profession peine à trouver des volontaires, elle a encore plus de mal à recruter des sapeurs-pompiers professionnels... ces derniers sont des fonctionnaires des collectivités territoriales recrutés sur concours... et le nombre de postes ouverts chaque année reste limité.

Formation continue

En charge de l'encadrement et du commandement des opérations, les officiers de sapeurs-pompiers (professionnels ou volontaires), du lieutenant à l'inspecteur général, sont formés à différents métiers opérationnels (chefs de groupe, chef de colonne, chef de site...) Ils suivent des mises à niveau tout au long de leur carrière, au sein de l'ensosp (école nationale supérieure des officiers de sapeurs-pompiers).

Secteur

Salaire du débutant

A partir du 1770 euros brut par mois pour le grade de caporal