Technicien / technicienne d'analyses
biomédicales

À l'hôpital ou en laboratoire privé, ce professionnel de santé effectue les analyses biomédicales permettant de prévenir ou d'identifier une maladie. Un travail sur prescription médicale uniquement, et sous la responsabilité du biologiste.
Niveau minimum d'accès :  Bac + 2
Salaire débutant :  1890 €
Statuts :  Statut fonctionnaire, Statut salarié

Synonymes : Laborantin/ne, Laborantin/ne d'analyses médicales, Technicien/ne de laboratoire d'analyses, Technicien/ne de laboratoire médical

Secteurs professionnels : Fonction publique, Recherche, Santé

Centres d'intérêt : Je veux être utile aux autres, Ma vocation est de soigner

Le métier

Prélever et analyser

Les analyses médicales permettent au médecin de confirmer un diagnostic ou de déceler une maladie. C'est le technicien d'analyses biomédicales qui se charge de les réaliser. Il procède aux divers examens en se basant sur l'ordonnance : prélèvement de sang ou de tissus chez le patient, recherche de germes ou d'anomalies (cellules défectueuses, anticorps, sucre, cholestérol...).

Entretien et vérification

Ce professionnel prépare les instruments et les substances à utiliser, et donne les consignes au patient avant l'examen. Il transmet les résultats au responsable du laboratoire, qui se charge de les interpréter. L'entretien et la vérification du matériel (manuel ou automatisé, selon le type d'analyses) lui incombent aussi.

Suivi thérapeutique

Au sein des labos privés, la polyvalence est de mise : surveillance des préparations, prélèvements, relevé des résultats, et même secrétariat (accueil des patients, prise de rendez-vous...). De leur côté, les hôpitaux publics permettent parfois à ces professionnels de la santé d'assurer un suivi thérapeutique en relation avec le malade et l'équipe soignante, et d'intervenir sur des recherches ou des examens très spécialisés.

En vidéo

Compétences requises

Rigueur indispensable

Les principales qualités pour être un bon professionnel : habileté manuelle, minutie et précision, sens de l'initiative et de l'organisation. En effet, pour chaque tâche (prélèvement, mise en culture, report des données...), le laborantin doit suivre un protocole très strict, établi par le responsable du laboratoire. De même, chaque expérience fait l'objet d'un rapport très précis, consigné dans un cahier de laboratoire. Une excellente hygiène est également exigée.

Science et conscience

De solides connaissances en biologie sont nécessaires mais insuffisantes. Il faut aussi s'intéresser aux évolutions technologiques et à la technique en général pour s'adapter aux nouveaux appareillages d'optique, de micro-informatique ou de robotique. Par ailleurs, le travail en équipe requiert une certaine ouverture d'esprit. Enfin, les échanges quotidiens avec les patients nécessitent une bonne capacité d'écoute, de la patience et le sens du service.

Où l'exercer ?

Déplacements possibles

Le technicien en analyses biomédicales travaille en équipe, sous le contrôle d'un médecin, d'un biologiste, d'un pharmacien ou d'un chercheur. En laboratoire privé, ses horaires sont réguliers ; il peut parfois être amené à se déplacer chez un patient pour réaliser les prélèvements. Au sein d'un service hospitalier, il doit effectuer des gardes la nuit, le dimanche et les jours fériés.

Priorité à l'hygiène

La profession requiert des connaissances techniques, notamment en informatique, afin d'utiliser un matériel automatisé de plus en plus sophistiqué. Par ailleurs, le technicien doit respecter des règles d'hygiène et de sécurité (matériels stériles, port de vêtements adaptés comme la blouse et les gants...). Enfin, il passe la plus grande partie de son temps de travail debout, à la « paillasse ».

Les études

Après le bac

2 ans pour préparer le BTS analyses de biologie médicale ou le DEUST analyse des milieux biologiques de Corte ; 3 ans pour obtenir le BUT génie biologique, ou le DE de technicien de laboratoire médical (accès via Parcoursup ou après une première année universitaire (PASS, LAS, L1 Sciences ....).

bac + 3

bac + 2

Emploi et secteur

Ralentissement des embauches

Le marché de l'emploi n'est plus aussi favorable que par le passé. Après une longue période de développement, les laboratoires d'analyses médicales et les laboratoires des industries embauchent de moins en moins. Les raisons de cette situation : l'automatisation et l'informatisation accrues des équipements d'analyses biomédicales.

Large champ d'activité

Les techniciens de laboratoire exercent dans de nombreux secteurs du domaine de la santé ou de la recherche. Les structures qui les emploient sont notamment les laboratoires publics de recherche scientifique ou médicale (CNRS, Insern, Inra...), la police technique et scientifique, les industries pharmaceutiques ou les laboratoires privés d'analyses biomédicales.

Évolutions diversifiées

Les évolutions possibles pour le technicien de laboratoire d'analyses sont réelles. En suivant éventuellement des formations ciblées, il peut se tourner vers le contrôle qualité, la maintenance et l'instrumentation biomédicales ou l'hygiène hospitalière. En hôpital, les fonctions de cadre directeur de soins ou de formateur sont accessibles sur concours, après quelques années d'expérience professionnelle.

Secteur

Salaire du débutant

1890 euros brut pour un technicien d'analyses débutant dans la fonction publique hospitalière.