La voie professionnelle

Quiz spécial apprentissage

publication : 15 avril 2015
Alors qu'en Allemagne et en Suisse, il est une voie d'excellence, l'apprentissage en France a longtemps pâti d'une mauvaise image ("voie de garage", "pour les mauvais élèves"). La tendance s'inverse progressivement, notamment parce qu'avec l'expérience professionnelle qu'il confère, il est gage d'une meilleure insertion professionnelle. Mais les clichés ont la peau dure ! Démêlez en 10 questions le vrai du faux.

quiz

"L’apprentissage c'est pour les jeunes qui n’aiment pas l’école."

Vrai Faux

C'est vrai et faux. L’apprentissage est une manière différente d’apprendre : on alterne des périodes de cours et des périodes en entreprise. Le rythme et le niveau demandé sont tout aussi exigeants mais l'approche du milieu professionnel est beaucoup plus concrète, ce qui réconcilie souvent les apprentis avec l'école.

"L’apprentissage ne se fait qu’en CFA"

Vrai Faux

C'est faux. Les lycées professionnels proposent aussi des formations en apprentissage dans des UFA : des unités de formation par apprentissage.

"En apprentissage, on étudie des matières professionnelles."

Vrai Faux

C'est vrai...mais les matières générales (français, maths, histoire...) sont toujours au programme !

"En apprentissage, on a pas un vrai salaire comme les autres salariés."

Vrai Faux

C'est faux. Le contrat d'apprentissage est un vrai contrat de travail avec un salaire tous les mois. Son montant dépend de l’âge et de l’année d’apprentissage. Il est calculé sur la base du SMIC. S'il est peu élevé en 1ère année d'apprentissage (notamment pour les moins de 18 ans), il augmente de façon conséquente en 2ème puis en 3ème année. De plus, des conventions ou des accords collectifs de branches ou d'entreprises peuvent fixer des rémunérations plus élevées. Enfin, l'apprenti est un salarié comme les autres, avec les mêmes droits et devoirs.

"L'apprentissage, c'est pour les métiers manuels."

Vrai Faux

Vrai et faux. Aujourd'hui, toutes les filières sont accessibles en apprentissage, du CAP jusqu'au bac+5. S'il y a une tradition de l'apprentissage pour les métiers dits manuels, il s'est fortement développé depuis 10 ans dans les métiers tertiaires. Avec l'expérience professionnelle qu'il apporte aux jeunes, c'est un gage d'insertion dans tous les métiers envisagés.

"Seuls les artisans et les PME prennent des apprentis."

Vrai Faux

C'est faux : les grandes entreprises tous secteurs confondus prennent aussi des apprentis et en sont même friandes ! Elles organisent d'ailleurs de grandes campagnes de recrutement une à deux fois par an pour les trouver !

"Les diplômes préparés en apprentissage sont moins reconnus."

Vrai Faux

C'est faux ! Les diplômes, qu'il soient préparés en apprentissage ou sous statut scolaire sont exactement les mêmes et ont la même valeur. Les matières étudiées et les compétences à acquérir sont identiques.

"L'apprentissage c'est pour travailler au plus vite."

Vrai Faux

Vrai et faux. L'apprentissage permet effectivement de s'insérer rapidement dans la vie active. Toutefois, les poursuites d'études sont possibles. Des passerelles entre diplômes ont été aménagées pour que les jeunes continuent leur parcours de formation et obtiennent le plus de qualifications possibles.

"Avant d'entrer en apprentissage, je dois trouver une entreprise."

Vrai Faux

C'est vrai. L’élève doit effectivement d'abord trouver une entreprise d'accueil, mails il doit aussi trouver une formation qui l'intéresse. L'un ne va pas sans l'autre. Il faut commencer ses recherches de formation et d'entreprise dès le printemps voire avant pour la rentrée suivante. A savoir aussi, les contrats d'apprentissage peuvent être signé jusqu'à 3 mois après avoir débuté sa formation.

"Si ça se passe mal avec l'entreprise et que j'arrête, mon année sera fichue."

Vrai Faux

C'est faux. L'apprenti peut poursuivre sa formation le temps de trouver une autre entreprise d'accueil. Il peut aussi bénéficier d'une passerelle "maintien en formation" jusqu’à la fin de sa formation, quand la rupture est tardive. Des solutions existent : le plus important est de parler tôt de ses difficultés à ses responsables de formation.

Imprimer

Haut de page

Vient de paraître

Pour
les professionnels