Les licences d'art

La licence histoire de l'art
et archéologie

Date de publication : 25 octobre 2023

Cette licence est tournée vers l’étude théorique et historique des œuvres. Elle permettra une spécialisation dans le secteur des musées et du patrimoine. À condition de construire son parcours dès la licence.

Image d'illustration, crédit photo ci-après

Après la licence, les diplômés peuvent se former aux métiers liés à l'animation du patrimoine et à la culture, ou se diriger vers l'enseignement ou la recherche.

Licence histoire de l'art et archéologie : quel accès ?

En L1 (admission via la procédure Parcoursup) : les bacheliers généraux sont majoritaires. Les bacheliers technologiques notamment STD2A peuvent postuler.

En L2 ou L3 (admission sur dossier) : les étudiants qui ont déjà effectué 2 années d’études supérieures, notamment une classe prépa littéraire avec option histoire de l'art ou une classe prépa arts & design.

Pour connaître les connaissances et compétences attendues pour réussir cette formation : consulter la fiche formation licence histoire de l'art et archéologie.

Au programme

Cette licence aborde tous les arts (peinture, sculpture, architecture, gravure…) sous tous les angles (historique, esthétique, sociologique, culturel) et sur toutes les périodes : ancienne, médiévale, moderne et contemporaine. Les étudiants apprennent ainsi à analyser une œuvre en s’intéressant à ses qualités esthétiques et en la situant dans son contexte historique. Elle aborde l’archéologie, permettant l’étude des civilisations à partir de leurs cultures matérielles (habitats, édifices publics, religieux, etc.). Travaux pratiques, stages, fouilles, visites de musées et expositions viennent compléter ces enseignements théoriques.

Des parcours de spécialisation sont proposés en L3 à choisir en fonction de son projet professionnel : archéologie ; animation du patrimoine ; muséologie ; préparation aux concours d’entrée des écoles du patrimoine (École du Louvre, INP) ou de la restauration d'art (INP, écoles supérieures d'art d'Avignon ou de Tours pour accéder au DNSEP).

Certaines universités proposent des bi-licences associant l’histoire de l’art au droit, notamment en vue de se former au métier de commissaire-priseur.

Et après ?

Avec une L2 validée, possibilité de continuer en licence professionnelle (accès sur dossier et entretien). Les licences professionnelles pour les étudiants en histoire de l’art et archéologie débouchent notamment sur les métiers de l’animation du patrimoine : licence pro guide-conférencier, licence pro protection et valorisation du patrimoine historique et culturel, licence pro gestion de projets et structures artistiques et culturels. La maîtrise de deux langues étrangères est parfois requise.

Avec une licence validée (L3), le diplômé peut préparer les concours de la fonction publique : bibliothécaire, assistant de conservation du patrimoine, chargé d'études documentaires, secrétaire de mairie, etc.

Il peut poursuivre ses études en master (2 ans) en fonction de son projet. De nombreux masters forment aux métiers liés au patrimoine et à la culture : antiquaire, archéologue, chef de projets culturels, animateur du patrimoine, directeur de musée, galeriste, guide-conférencier, entre autres. Il existe des masters orientés vers la recherche en histoire de l’art ou en archéologie permettant de poursuivre en doctorat (3 ans) et de devenir enseignant-chercheur (les postes sont rares).

Le diplômé peut aussi rejoindre une école publique spécialisée dans la culture et le patrimoine (INP, École du Louvre) ou bien une école privée spécialisée dans le marché de l’art (IESA, ICART, EAC). Accès sur concours.

Témoignages

Ma 1ère année

Découvrez les témoignages d'étudiantes en :

 


À lire aussi

Sur le même sujet

Boutique