Agriculture

Les métiers et l'emploi dans
l'agriculture

Publication : 20 février 2024

Premier pays agricole d'Europe, la France a d'importants besoins de responsables d'exploitation et de main-d'œuvre. Mais les métiers de l'agriculture, nombreux, peinent à attirer les candidats. Des places sont donc à prendre, notamment en production, en conduite et en conseil-commercialisation.

Des métiers variés et qui évoluent

Il n'y a pas un métier d'agriculteur mais toute une palette d'activités et de pratiques.

Les métiers les plus nombreux sont orientés dans les cultures (céréales, fruits, légumes, arbres, fleurs, vignes, etc.) et/ou l'élevage (ovin, bovin, porcin, etc.). Selon les cas, on peut exercer comme agent, chef d'équipe ou responsable. Pour augmenter leurs revenus, de nombreux agriculteurs se diversifient en développant la vente directe aux consommateurs ou en louant des gîtes.

Place aussi aux postes liés à la forêt : agent, technicien ou ingénieur forestier au sein des forêts nationales ou du parc privé.

D'autres métiers relèvent du conseil (en production, en gestion, en développement rural), de la recherche et du développement, ou de la commercialisation. Sans oublier l'agroéquipement, notamment les conducteurs et techniciens.

Pour tous les acteurs du secteur, les pratiques évoluent. Les nouvelles technologies continuent de se développer : traitement des champs guidé par GPS, robots de traite, automates distribuant l'alimentation des animaux, etc. Il s'agit également de répondre aux préoccupations environnementales et aux attentes des consommateurs du type "manger mieux". Place donc aux rotations des cultures, au désherbage manuel, à la médecine alternative aux antibiotiques, etc.

Le secteur agricole recrute

Si le nombre des exploitations baisse régulièrement, des milliers sont à reprendre chaque année. Une tendance qui devrait perdurer car une exploitation sur deux sera à céder dans la prochaine décennie. Il est néanmoins conseillé d'acquérir une expérience professionnelle avant de se lancer dans la conduite d'exploitation.

Les besoins en main-d’œuvre sont également important pour répondre à l'agrandissement de la taille des exploitations et à la réduction de l'aide familiale. Un chef d'exploitation agricole sur quatre déclare ainsi vouloir embaucher des salariés. Certains postes sont difficiles à pourvoir faute de candidats qualifiés. Sont particulièrement recherchés les agents d'élevages, les agents et les chefs de culture en particulier en maraîchage et en horticulture, ainsi que les agents vitivinicoles.

Dans les activités de services, certains profils sont également très attendus, comme les conducteurs-mécaniciens d'engins agricoles, les conseillers là pour accompagner les changements et les commerciaux ayant une compétence en agronomie ou en agroéquipement.

Il est à noter qu'environ 12 % de l'activité agricole sont réalisés par des travailleurs saisonniers. Une modalité qui permet à des jeunes en formation de découvrir différents modes de production et ainsi d'affiner leur projet.

Accompagner les vocations

Pour accompagner le renouvellement des générations, la mise en place d'un réseau "France services agricultures", guichet unique de l'installation-transmission, est à l'étude. Tout comme la création d'un nouveau diplôme, le bachelor agricole (niveau bac + 3). 

Pour les jeunes agriculteurs comme pour les autres, diverses structures proposent par ailleurs un soutien aux niveaux technique, juridique et économique. 

Afin de limiter les risques financiers et faciliter les conditions d'exploitation, il est sinon possible de s'installer en s'associant. 


À lire aussi

Sur le même sujet

Sur le web

Deux associations pour l'emploi et la formation en agriculture :

Boutique